Le dégroupage en France : les essentiels à retenir

Résider dans une zone dégroupée présente de nombreux avantages pour les consommateurs d’Internet. Tour d’horizon sur les zones dégroupées.

L’origine du dégroupage

Connu aujourd’hui sous le nom d’Orange, l’opérateur France Télécom est l’unique propriétaire du réseau téléphonique de la France, appelé également « la boucle locale ». Cependant, depuis l’application de la loi de 2011, il loue ce réseau à différents opérateurs alternatifs (Free, SFR, Bouygues Telecom…) pour que ces derniers puissent commercialiser leurs offres internet. Le dégroupage se définit ainsi comme l’ouverture de la boucle locale à la concurrence.

Comment fonctionne le dégroupage ?

Afin de comprendre le fonctionnement du dégroupage, il faut se baser sur les lignes téléphoniques de France Télécom. Ces dernières sont raccordées à un sous-répartiteur local qui les relie à un répartiteur Orange, appelé également NRA (Nœud de Raccordement d’Abonnés). Dans les NRA, les opérateurs alternatifs installent des DSLM (digital subscriber line access multiplexer) leur permettant de gérer les lignes téléphoniques présentes sur le NRA et de proposer leurs forfaits. Cependant, tout cela a un prix. En effet, les opérateurs alternatifs payent une redevance à Orange pour emprunter ses infrastructures.

Focus sur les zones dégroupées

Il existe quatre types de zones dégroupées :
* Les zones partiellement dégroupées ;
* Les zones totalement dégroupées ;
* Les zones dégroupées étendues ;
* Les zones non dégroupées.

Les zones partiellement dégroupées

Dans les zones partiellement dégroupées, Orange continue de prendre en charge l’abonnement téléphonique de l’utilisateur. L’opérateur utilise également les bandes de fréquence basses afin de faire passer les communications « voix ». Dans le cadre du dégroupage partiel, l’abonné profite :
* D’un forfait internet ADSL proposé par le fournisseur de son choix ;
* De la ligne téléphonique Orange.

Ainsi, pour passer des appels téléphoniques, deux méthodes sont disponibles :
* Utiliser un combiné téléphonique unique qui regroupe les deux lignes, à savoir celle de l’opérateur alternatif et d’Orange ;
* Utiliser deux combinés téléphoniques disposant chacun de leur propre ligne.

Les zones totalement dégroupées

Les zones totalement dégroupées assurent de meilleurs services qu’en zone partiellement dégroupée. L’explication ? Les opérateurs alternatifs prennent en charge l’intégralité des fréquences sur le réseau cuivre reliant le domicile jusqu’au répartiteur. De ce fait, ils peuvent proposer à la fois un accès à Internet en haut débit et des communications « voix » via un réseau IP. Ainsi, dans les zones de dégroupage total, les clients des opérateurs alternatifs ne sont plus liés à Orange. Ils ne payent plus que les factures de leur fournisseur qui loue le réseau d’Orange. Il s’agit du système utilisé pour les offres de box Internet en « triple play », associant la téléphonie, la télévision et internet.

Les zones dégroupées étendues

Par définition, les zones dégroupées étendues regroupent les endroits situés loin des NRA. Elles dépendent, en effet, d’un central téléphonique accessible à l’ensemble des fournisseurs d’accès et non à un NRA dégroupé. Dans les zones dégroupées étendues, les opérateurs alternatifs appliquent un supplément de 8 €/mois sur leurs offres ADSL et VDSL. Ces dépenses supplémentaires sont liées aux frais locatifs des équipements à Orange. À noter que les zones dégroupées étendues couvrent le plus souvent les milieux ruraux ou semi-ruraux, et dans certains cas, des villes entières. La majorité des opérateurs y proposent aussi souvent des forfaits internet ADSL et VDSL. Ces dernières proposent en effet une certaine marge de manœuvre à toute personne souhaitant profiter d’une connexion optimale.

Les zones non dégroupées

En zone non dégroupée, la vitesse de connexion à Internet est généralement lente du fait des débits limités. De plus, dans ces zones, de nombreux services ne peuvent pas être proposés par les fournisseurs d’accès, comme la télévision, la VOD (vidéo à la demande), la rediffusion télé (Replay), etc. De ce fait, pour rentabiliser, les opérateurs internet appliquent des surcoûts à leurs offres. Cependant, malgré ces mesures financières, les zones non dégroupées tendent à disparaître progressivement.

Les méthodes pour savoir si un foyer se situe en zone dégroupée

Comment savoir si un foyer se trouve en zone dégroupée étendue ? La majorité des sites web des opérateurs internet disposent d’une carte en ligne permettant de repérer les régions ou les départements français dégroupés. Pour utiliser ces cartes indiquant les zones totalement, partiellement, étendues ou non dégroupées, il faut renseigner la commune de résidence. En fonction des résultats, les clients connaîtront le type de technologie internet dont ils peuvent bénéficier (ADSL, VDSL2, fibre optique, etc.).

Réaliser un test d’éligibilité internet

Un test d’éligibilité internet permet également de connaître si un domicile se trouve en zone dégroupée ou non. Ce test peut se faire via différents sites web comme ariase. Il effectue plusieurs demandes aux divers FAI afin de savoir s’il est possible de raccorder la ligne à Internet. Il permet aussi d’obtenir des informations concernant :
* Les services disponibles (téléphone, TV HD, TV ADSL, etc.) ;
* Le niveau de débit ;
* Le type de zone dégroupée (partiel, total, étendu ou non dégroupé) ;
* Le type de connexion internet (ADSL, fibre optique, etc.) ;
* Les étapes à suivre pour la résiliation d’abonnement en cas de changement d’opérateur.

Faire un test d’éligibilité en cas de déménagement

zone dégroupée 1

Un test d’éligibilité s’avère nécessaire lors d’un déménagement. En effet, il permet de connaître si l’abonnement internet actuel est disponible dans la future région de résidence. Pour certaines personnes, l’une des raisons principales de ne pas déménager concerne la non-éligibilité du nouveau domicile. À savoir que ceux qui désirent s’installer dans une nouvelle maison peuvent trouver de nombreuses astuces via cet article afin de bien gérer leur abonnement.

Tester l’éligibilité du futur logement par adresse

Un test d’éligibilité par adresse est également requis en cas de déménagement. Il peut se faire en ligne et permet de connaître :
* Si le futur domicile est couvert par les opérateurs internet ;
* Le débit de la connexion ;
* Le type de technologie internet utilisable.

Afin d’obtenir des résultats précis avec ce test, il faut indiquer la commune, le département et éventuellement l’adresse du nouveau logement.

Tester la ligne par téléphone

zone dégroupée 2

Comment savoir si je suis éligible à la fibre optique, à l’ADSL ou au VDSL sans passer par les tests en ligne ? La solution : contacter l’opérateur pour qu’il réalise lui-même le test. Pour cela, il suffit de lui fournir l’adresse postale complète (commune, code postal, numéro et nom de rue). Celui qui appelle pourra ainsi connaître s’il est éligible ou non au type de technologie internet qui l’intéresse. À titre d’information, voici les numéros de téléphone de quelques opérateurs :

Opérateurs Numéros
SFR 09 87 67 96 18
Bouygues Telecom 09 87 67 18 00
Orange 3900
Free 09 71 07 14 14
La Poste Mobile 09 74 59 40 41
RED by SFR 09 87 67 96 18
VidéoFutur 09 87 67 94 62
Nordnet 09 87 67 95 81

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *