Test zone dégroupée : les informations pertinentes

Le dégroupage s’étend de plus en plus sur le territoire français. Grâce au test d’éligibilité, l’utilisateur d’Internet peut connaître rapidement les forfaits internet disponibles dans sa localité. Découvrir les informations pertinentes concernant le test de zone dégroupée.

Test éligibilité en zone dégroupée : Généralité

test zone dégroupée 1

Grâce au dégroupage, le réseau téléphonique et Internet sont ouverts à d’autres fournisseurs que l’opérateur historique. Ainsi, les zones dégroupées tendent à se répandre de plus en plus dans l’Hexagone. De nombreuses offres sont désormais disponibles sur le marché. Toutefois, la qualité de la connexion internet n’est pas le même dans chaque localité. Elle varie suivant la situation géographique de l’utilisateur et la technologie utilisée : ADSL, VDSL, câble ou fibre optique.
Aussi, le dégroupage varie selon le fournisseur et les nœuds de raccordements d’abonné qu’il dispose. Une zone peut être dégroupée par un fournisseur et ne pas l’être avec les autres. Par exemple, une localité peut être dégroupée par Free sans l’être par SFR ou l’inverse. De plus, le dégroupage peut être total pour un opérateur et partiel pour un autre. Le test de dégroupage sert à connaître la qualité de connexion disponible dans une zone, mais aussi à découvrir les fournisseurs qui travaillent dans le secteur afin de comparer les offres et faire le bon choix.
Besoin d’informations supplémentaires concernant le dégroupage ? Découvrez plus de détails sur ce site

Principe de fonctionnement du test de dégroupage

Le test d’éligibilité internet est une technique qui définit la capacité d’une ligne téléphonique à accueillir les services téléphoniques, ADSL et les services de télévision. Ainsi, le client peut s’informer sur les fournisseurs qui œuvrent dans sa zone d’habitation, mais aussi connaître les forfaits proposés par ces derniers. Il permet également d’effectuer un test de débit. En effet, grâce à l’adresse fournie, le site de test de dégroupage fournit des informations précises sur la vitesse théorique disponible suivant le type de réseau et l’opérateur.
Le test de dégroupage fonctionne en deux sens : d’une part, il demande des informations à l’usager (adresse, numéro de téléphone fixe, code postal…) ; d’autre part, il interroge les différents fournisseurs d’accès internet sur leur déploiement sur le territoire. De cette manière, le logiciel définit les capacités de raccordement de la ligne au réseau ADSL dégroupé et les modalités de dégroupage (total ou partiel) ainsi que la technologie utilisée.
Une fois votre numéro de téléphone et votre adresse enregistrés sur un site de test de dégroupage, le logiciel procède à la recherche dans les serveurs d’éligibilité des opérateurs pour vérifier la compatibilité de votre ligne avec les offres et services proposés par les opérateurs (TV, internet, téléphone). Dans ce contexte, les réseaux testés sont les suivants :
* ADSL et Fibre Orange : bien que les offres Orange sont les mêmes pour toutes les zones (dégroupées ou non), le test du réseau orange permet de définir le débit de la connexion ainsi que ses performances ;
* ADSL et Fibre SFR : l’analyse de ces deux lignes sert à déterminer le type dégroupage, les offres disponibles dans la zone et les performances de la ligne suivant la technologie utilisée ;
* ADSL et Fibre Bouygues Telecom : compte tenu du retard de la compagnie dans certaines zones, le test permet de savoir si Bouygues dispose d’un NRA dans la localité. Dans ce cas, le test est aussi utilisé pour savoir si la localité est une zone dégroupée classique ou une zone dégroupée étendue ;
* ADSL et Fibre Free ;
* ADSL OVH.

Avantage du test d’éligibilité

Le test de dégroupage utilise des logiciels multi-technologies qui évaluent la couverture internet d’un logement en quelques clics. Vous pouvez ainsi savoir, dans un délai très court, si votre ligne téléphonique est raccordée à un réseau internet très haut débit (VDSL, fibre optique ou câble) ou à un réseau haut débit.
Ayant accès à plusieurs opérateurs à la fois, le test interroge simultanément les serveurs d’éligibilité de tous les fournisseurs afin d’informer l’utilisateur des offres disponibles dans sa zone. De ce fait, le client ne perd pas de temps à comparer les prix et les services des différents forfaits proposés et peut choisir librement le fournisseur et l’offre qui convient le plus à ses besoins ainsi qu’à son budget.
Enfin, le test d’éligibilité internet est 100 % gratuit. L’utilisation de cette technique ne vous engage en rien vis-à-vis des offres proposées par le site utilisé. De plus, les résultats obtenus sont fiables, car ils sont directement fournis par les fournisseurs eux-mêmes. Les informations sont détaillées, permettant de comparer les prix et de choisir le meilleur débit disponible dans votre localité.

Test d’éligibilité à la fibre optique

Comme dit plus haut, le test d’éligibilité internet prend en compte deux types de réseau : la fibre optique et le réseau ADSL. Le test fibre consiste à vérifier si la fibre optique est présente dans la zone indiquée par l’adresse du client. Dans ce contexte, le test prend en compte la fibre de l’opérateur historique, la fibre des opérateurs alternatifs et la fibre optique dans les réseaux d’initiatives publiques.

Test éligibilité ADSL et VDSL2

Dans le cas où votre région ne dispose pas de l’accès à la fibre optique, le test procède à la vérification du réseau ADSL et VDSL2 pour trouver les meilleurs débits disponibles. Il vérifie ainsi si l’internet haut débit en ADSL et VDSL2 est accessible sur une ligne téléphonique. Il détecte également les débits qui varient entre 1 et 95 Mb/s disponibles dans la localité testée. Dans ce cas de figure, le test est effectué en fonction des caractéristiques de la ligne et de la performance des équipements du nœud de raccordement d’abonné. Comme le test fibre, le test ADSL VDSL2 considère le réseau ADSL et VDSL2 d’Orange et ceux de ses concurrents.

Répartition des zones dégroupées en France

test zone dégroupée2

Pour mettre fin au monopole de l’opérateur historique Orange (anciennement France Telecom), l’Union européenne a adopté une loi permettant à d’autres FAI d’accéder au marché de l’internet. Ce dégroupage du nœud de raccordement des abonnés a eu de nombreux impacts sur le marché de l’internet français:
* Une fracture numérique qui divise l’Hexagone en zones dégroupées (privilégiées) et en zones non dégroupées. Bien que la deuxième catégorie tende à disparaître, elle impose encore certaines contraintes majeures aux usagers d’Internet dans les zones rurales.
* Une variation importante des prix et des services proposés.

De nombreux fournisseurs d’accès ont déployé leurs équipements ADSL dégroupés pour pouvoir accéder au NRA. Actuellement, le dégroupage concerne plus de 14 000 nœuds de raccordement, soit plus de 75 % du parc national des lignes ADSL et 95 % des lignes téléphoniques. Les principaux opérateurs alternatifs qui ont mis en place leurs propres équipements sont SFR, Free et Bouygues Telecom. Le tableau suivant présente le niveau d’extension de leur réseau au niveau du parc central ADSL français :

Opérateur Nombre de nœuds de raccordement dégroupé
SFR Environ 10 000 NRA soit 87 % des foyers
Free Environ 10 600 NRA soit 88.5 % des ménages
Bouygues Telecom Environ 8 900 VRA soit 73 % des foyers.

Même si le dégroupage concerne plus de 95 % des lignes téléphoniques, une disparité considérable reste présente dans le pays. Les centres urbains comme la Côte d’Azur, Lyon, Paris, Bordeaux, Nantes et l’île de France sont dégroupés depuis plusieurs années. Aussi, le dégroupage se répand largement dans les zones rurales de ces départements. Toutefois, certains départements et communes ne sont pas encore concernés par ce procédé.
En outre, seuls les départements ayant développé une politique d’aménagement numérique sont avantagés. Il s’agit essentiellement des localités qui ont investi dans les réseaux d’initiatives publiques avec le partenariat des fournisseurs alternatifs. À titre d’exemple, on peut citer le département de la Manche, le Loiret, les Pyrénées Atlantique et l’Ardèche. À l’inverse, d’autres départements ne sont pas concernés par le dégroupage. Ce sont généralement des localités rurales à densité assez faible comme la Lozère, le Gers et le département de Tarn et Garonne. Pour connaitre la situation de votre département, consultez la carte des zones dégroupées sur Internet.
Testez l’éligibilité internet de votre département avec cette page.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *